Depuis plusieurs années, je me penche sur la trace que l'être humain laisse derrière lui.
Les traces de peintures sur les arbres indiquant le chemin à suivre pour une promenade, les tags, les graffitis, les tatouages, les scarifications, les cicatrices, les coeurs gravés ou tatoués, les traces de pneu dans la neige etc…
Toutes ces traces, je les photographie. Puis je les découpe, les multiplie, les colle sur toile ou sur terre cuite.
Lors d'une ballade, j'ai trouvé sur la route une grenouille écrasée et séchée. Petite trace du passage d'un véhicule. Cette grenouille s'est retrouvée dans une sculpture. J'en ai fait alors en bronze, plus de mille que j'installe au sol dans mes expos, obligeant le visiteur à marcher une deuxième fois dessus. Les grenouilles sont menacées, c'est une belle occasion de le rappeler.
Un jour, en Laponie, loin de tout habitation, sur un arbre rabougri, dans la neige et un ciel blanc, un fil bleu flottait au vent…Incongru, insolite, il a attiré mon regard et je l'ai fixé sur la pellicule. Depuis, le fil bleu (ou ficelle agricole, ou corde de ballot) ne me quitte plus. Il est l'essentiel de mon travail de plasticienne depuis un bon moment et pour longtemps encore!